Coloscanner ou coloscopie virtuelle


Colon

Qu’est-ce que le coloscanner ou colposcopie virtuelle ?

La coloscopie virtuelle utilise la technique du scanner pour étudier le gros intestin ou côlon.
Cette technique exige une préparation soigneuse du côlon afin d’éliminer des résidus fécaux que l’on pourrait éventuellement confondre avec des polypes. La préparation est tout à fait similaire à celle d’une coloscopie optique. Cet examen nécessite une distension du côlon et, dans ce but, de l’air ou du co2 seront insufflés par une sonde rectale au début de l’examen. Sans cette dilatation des anses coliques, de faux épaississements de la paroi intestinale peuvent apparaître et conduire à des diagnostics erronés de cancer et ainsi des polypes peuvent passer inaperçus ou à l’inverse, des plis du côlon ou haustrations, peuvent simuler la présence de polypes.

Cet examen ne requiert ni anesthésie, ni injection intra-veineuse de produit de contraste, et plusieurs études ont montré que cette technique était souvent mieux supportée qu’une coloscopie optique.
Les complications sont rarissimes et se résolvent en principe avec un traitement conservateur.
Les principales indications de la coloscopie virtuelle sont représentées par la recherche de polypes ou de petites tumeurs.

Déroulement de l’examen

Le colon est distendu par de l’air ou du CO2 via une sonde rectale. Le volume de gaz insufflé varie, mais est généralement inférieur à 2 litres. La distension colique est évaluée par une coupe tomodensitométrique de repérage, équivalente d’une radiographie de l’abdomen. Si la distension du côlon est correcte, une première acquisition des images est effectuée sur le dos. Ensuite, la sonde rectale est retirée et, juste avant, une toute petite quantité de gaz va être insufflée de manière à compenser les pertes. Puis, cette fois-ci, le patient étant couché sur le ventre, une deuxième acquisition d’images va être effectuée. Si cette position n’est pas supportée, une acquisition en décubitus latéral gauche peut être une alternative acceptable. La gravité entraîne le déplacement des liquides et des matières. Le changement de position du patient, sur le dos puis sur le ventre, au cours de l’examen a pour but de visualiser respectivement les surfaces inférieures et supérieures du côlon, grâce aux déplacements de l’air et du liquide situés à l’intérieur des anses intestinales.

L’examen dure moins de 20 minutes.

Résultats

La coloscopie optique avec anesthésie reste actuellement l’examen de référence dans la détection des lésions précancéreuses du côlon. La coloscopie virtuelle permet elle dépistage précoce de lésions coliques précancéreuses, par le scanner, chez un patient sans symptome. L’utilisation cette technique d’imagerie, comme outil de dépistage de masse, est encore  discutée. En effet la découverte d’un cancer colique ou d’un polype d’une certaine taille, au cours d’une coloscopie virtuelle nécessitera une analyse histologique ou une polypectomie, qui sera nécessairement réalisée dans un deuxième temps, lors d’une coloscopie optique.

Télécharger la Fiche Coloscopie virtuelle, qui répondra aux principales questions qui vous préoccupent.

N’hésitez pas à poser les questions qui vous préoccupent à l’équipe médicale du CSE.

  • Par email : contact@cse-radiologie.com 
  • Par téléphone : 01 42 38 66 66