Bassin bébé


 

Bassin Bébé

Qu’est-ce qu’une radiographie du bassin chez le nourrisson ?

Comme pour chaque examen radiologique, la technique utilise un appareillage émettant un faisceau de rayons X, parfaitement contrôlé, dont les principes généraux sont regroupés dans une fiche technique éditée par la Société Française de Radiologie : FICHE INFO RADIOPROTECTION PATIENTS

Chaque année, 8 000 bébés naissent en France, avec un problème de hanche instable ou luxation congénitale de la hanche. Heureusement, un dépistage efficace, une bonne surveillance et des mesures simples permettent de résorber rapidement cette anomalie.

Comment surveiller les hanches d’un bébé ?

  • Dès son séjour à la maternité, tout nouveau-né fait l’objet de deux examens pédiatriques. Puis, tous les mois, il est revu par un médecin généraliste ou un pédiatre. A chaque fois, ses hanches sont examinées pour détecter une éventuelle instabilité. Malheureusement, le diagnostic reste difficile dans deux tiers des cas.
  • Lorsque le spécialiste a une présomption de hanche instable (appelée aussi luxable) ou lorsqu’il existe des antécédents familiaux, il peut s’aider d’examens complémentaires comme l’échographie (au premier mois) et la radiographie (à partir de 4 mois).
  • L’échographie occupe une place capitale dans le diagnostic et surtout le dépistage de la luxation congénitale de hanche. Elle permet de visualiser les structures cartilagineuses, avec l’avantage d’être non invasive en utilisant les ultrasons, rayonnements ionisants. Elle permet également un examen dynamique en réalisant les manœuvres de luxation. Cependant, pour en tirer le plus grand bénéfice, elle doit être réalisée par un opérateur expérimenté et toujours être confrontée aux résultats de l’examen clinique.
  • La radiographie est idéalement réalisée à l’âge de 4 mois, pour éviter les faux positifs dus à l’immaturité de la hanche.

Il s’agit d’une technique d’imagerie simple qui utilise des rayons X qui donne un accès rapide à l’analyse des parties osseuses du bassin et des hanches.

L’enfant est positionné fermement sur le dos, bien à plat, en maintenant les épaules et les cuisses, avec l’aide d’un membre du personnel, ou parfois d’un parent, afin d’éviter les mouvements qui entraineraient une radiographie floue. Le cliché est réalisé après avoir appliqué une protection plombée sur les bourses du nourrisson masculin.

Résultats

Malgré le développement important de l’échographie depuis une vingtaine d’années, la radiographie garde une place importante dans la surveillance évolutive. Elle ne doit cependant plus être utilisée comme moyen de dépistage et toujours répondre à des critères stricts de réalisation et d’interprétation.

Une radiographie normale montre une parfaite symétrie des deux hanches, avec chacun des deux noyaux épiphysaires des têtes de fémur bien positionnés, et centrés sous les cotyles.

Quels sont les enfants à risques ?

  • Certains enfants sont effectivement porteurs potentiels d’une hanche instable :
    • Naissance en position de siège, ou version tardive
    • Antécédents familiaux de luxation de hanche
    • Premier né
    • Grossesse multiple
    • Gros poids de naissance
    • Limitation de l’abduction de hanche à l’examen clinique
    • Maladies congénitales associées (torticolis congénital, genu recurvatum…)
    • Sexe féminin : en effet, environ six filles pour un garçon sont concernées, en raison de la plus grande souplesse des articulations féminines.
    • Manque de liquide amniotique

La radiographie du bassin est l’examen de base de la surveillance du traitement et de la croissance des hanches.